Le sannyasa, un ordre presti...

 

CONTACT alice.3215@live.fr

Le sannyasa, un ordre prestigieux.
Transgresser ses règles avec ostentation est une abomination.





Sa Divine Grâce Srila Bhaktisiddanta Sarasvati Goswami Maharaja

Le châtiment de Haridasa le Jeune...

Caitanya Caritamrita Antya-Lila I ( Chapitre II )

Srîla Bhaktivinoda Thâkura explique comme suit la teneur de ce chapitre dans son Amrita-pràvaha-bhàsya. Krisnadâsa Kavirâja Gosvàmï, l'auteur du Srï Caitanya-caritàmrita, désirait faire état de rencontres personnelles avec Sri Caitanya Mahâprabhu Lui-même, avec ceux qu'il avait investi de pouvoirs, et avec Ses manifestations personnelles (àvirbhâva). C'est ainsi qu'il en vint à décrire les gloires de Nrisimhânanda et autres dévots. Un bhakta du nom de Bhagavân Àcârya faisait preuve d'une fidélité exceptionnelle envers les pieds pareils-au-lotus de Sri Caitanya Mahâprabhu. Son frère, par contre, qui s'appelait Gopâla Bhatta Àcârya, discourait sur la thèse impersonnaliste (mâyavâda), et Srîla Svarûpa Dâmodara Gosvàmï, le secrétaire de Sri Caitanya Mahâprabhu, interdit à Bhagavân Acârya d'y prêter l'oreille. Plus tard, lorsque à la requête de Bhagavân Àcârya, Haridâsa le Jeune alla demander l'aumône à Màdhavïdevï, il se rendit coupable d'une faute en s'entretenant familièrement avec une femme alors qu'il avait accepté l'ordre du renoncement. Pour cette raison, Sri Caitanya Mahâprabhu le renia, et en dépit de toutes les requêtes que Lui adressèrent Ses plus fervents dévots, le Seigneur ne le reprit jamais à Ses côtés. Un an après cet incident, Haridâsa le Jeune se rendit au confluent du Gange et de la Yamunâ pour s'y enlever la vie. Il continua toutefois, dans sa forme spirituelle, à chanter des hymnes dévotionnels que Sri Caitanya Mahâprabhu accepta d'entendre. Lorsque les vaisnavas du Bengale rendirent visite à Sri Caitanya Mahâprabhu, ces événements furent portés à la connaissance de Svarupa Dâmodara et de ses compagnons.

Verset 113

Le Seigneur Caitanya dit à Govinda, Son serviteur personnel :

'aji haite ei mora ajnâ paliba, chota haridase ihân àsite nâ dibâ

'"A compter de ce jour, ne laisse plus Chota Haridasa venir ici."

Verset 114

dvâra manâ haila, haridasa duhkhi haila mane, ki lâgiyâ dvàra-mânà keha nâhi jâne

Haridâsa le Jeune fut consterné d'apprendre qu'il lui était désormais formellement interdit d'approcher Sri Çaitanya Mahâprabhu. Personne nepouvait comprendre la raison pour laquelle un tel ordre avait été donné.

Verset 115

tina-dina haila haridâsa kare upavasa, svarûpâdi âsi, puchilâ mahâprabhura pasa

Haridâsa jeûna alors sans faillir pendant trois jours. Svarupa Dàmodara et les autres dévots intimes de Sri Caitanya Mahaprabhu vinrent ensuite s'enquérir auprès de Lui.

Verset 116

'kon aparâdha, prabhu, kaila haridasa? ki lâgiyà dvâra-mânà, kare upavâsa?

"Quelle terrible offense Haridâsa le Jeune a-t-il donc commise? Pour quoi l'accès de Ta demeure lui est-il désormais interdit? Il jeûne maintenant depuis trois jours."

Verset 117

prabhu kahe, 'vairâgi kare prakrtisambhasana, dekhite na paron ami tahara vadana

"Le Seigneur répondit: "Je ne peux supporter de voir le visage d'un homme qui, ayant accepté l'ordre du renoncement, parie intimement avec une femme."

Sa Divine Grâce Srila Prabhupada explique :

Srila Bhaktisiddhânta Sarasvatï Thâkura explique que la simplicité (saralata) est la première qualité du vaisnava, et que la duplicité, ou une conduite sournoise, constitue une grave offense à l'endroit des principes du service dévotionnel. Au fur et à mesure que l'on progresse dans la conscience de Krishna, on doit éprouver de plus en plus de répugnance pour les attachements matériels, et développer un attachement grandissant pour le service du Seigneur. Si quelqu'un se proclame élevé dans le service de dévotion alors qu'il n'est pas vraiment détaché des activités matérielles, il se rend coupable de tricherie. Personne n'appréciera un tel comportement.

Verset 118

durvàra indriya kare visaya-grahana, dâravï prakrti hare munerapi mana

"Les sens s'attachent si fortement aux objets de plaisir qu'en vérité, une statue de bois à l'image d'une femme parvient même à captiver l'esprit d'un grand sage."

Sa Divine Grâce Srila Prabhupada explique :

"Les sens et les objets des sens sont si intimement liés que même l'esprit d'un très saint homme se laisse captiver par une poupée de bois si elle revêt la forme attrayante d'une jeune femme. Les objets des sens, c'est-à-dire la forme, le son, l'odeur, le goût et le toucher, attirent toujours les yeux, les oreilles, le nez, la langue et la peau. Etant donné donc que les sens et les objets des sens sont naturellement liés de façon aussi intime, il arrive par fois que même un homme prétendant maîtriser ses sens demeure suscepti ble d'être asservi aux objets des sens. A moins de les purifier* et de les en gager au service du Seigneur, il est impossible de maîtriser pleinement ses sens. C'est pourquoi même si un saint homme fait le vœu de maîtriser ses sens, ceux-ci restent susceptibles d'être troublés par les objets des sens.

Verset 119

mâtrâ svasrâ duhitrâ vâ, nâ viviktâsano bhavet balavân indriya-gràmo, vidvâmsam api karsati

"L'homme doit éviter de s'asseoir trop près fût-ce de sa mère, de sa sœur ou de sa fille, car les sens sont si puissants qu'ils peuvent même envoûter un être de haut savoir."

Sa Divine Grâce Srila Prabhupada explique :

Ce verset apparaît dans la Manu-samhita (2.215), ainsi que dans le Srimad-Bhagavatam (9.19.17).


Le Srimad-Bhagavatam enseigne : ( Caitanya Caritamrita / Antya-Lila / Veset 120/ Chapitre II )

Verset 120

ksudra-jiva saba markata-vairagya
kariyaindriya carânà bule 'prakriti sambhâsiyà'

"Il existe beaucoup d'hommes vivant dans la pauvreté qui pratiquent le renoncement à la manière des singes. Errant de-ci, de-là, ils se livrent aux plaisirs des sens et tiennent aux femmes des propos intimes."

Sa Divine Grâce Srila Prabhupada explique :

Chacun devrait observer les principes régulateurs qui consistent à n'entretenir aucune relation sexuelle illicite, à ne consommer aucune chair animale, à s'abstenir de toute substance enivrante et à renoncer aux jeux de hasard, de façon à progresser dans la vie spirituelle. Si un homme inadéquatement préparé s'adonne au vairâgya ou adopte le sannyàsa de façon sentimentale, tout en demeurant attaché à la femme, il se met dans une position fort périlleuse. Son renoncement est qualifié de markata-vairâgya, pour signifier qu'il ressemble à celui du singe. Le singe vit dans la forêt, se nourrissant de fruits et ne portant aucun vêtement. En cela, il agit à la manière d'un sage libéré, à la différence qu'il pense constamment aux guenons et qu'il s'entoure parfois de plusieurs douzaines d'entre elles pour satisfaire ses appétits sexuels. Voilà ce qu'on appelle le markata-vairâgya. Par suite, celui qui est inapte à le faire ne doit pas accepter l'ordre du renoncement. Celui qui adopte le sannyàsa mais qui retombe sous le joug des désirs de la chair et, de ce fait, s'entretient en privé avec des femmes, porte le nom de dharma-dhvaji ou dharma-kalanka, ce qui signifie qu'il attire le blâme sur l'ordre religieux"qu'il représente. Il faut donc faire preuve d'une grande prudence à cet égard. Srila Bhaktisiddhânta Sarasvatï Thàkura explique que le mot markata veut dire "perturbé". Or, un être perturbé est incapable de stabilité; il ne peut qu'errer, cherchant constamment à satisfaire ses sens. A seule fin d'être loué par autrui, d'obtenir à bon compte la vénération de ses disciples ou des gens en général, il arrive parfois qu'un tel homme revête la robe du sannyàsï ou du bàbàjï, et adopte l'ordre du re noncement; mais il ne parvient pas pour autant à renoncer aux plaisirs des sens, et plus particulièrement à la compagnie des femmes. Un tel homme ne peut faire de progrès dans la vie spirituelle. Le plaisir sensuel que l'on peut trouver auprès des femmes revêt huit formes différentes, incluant le fait de parler d'elles et de penser à elles. Aussi un sannyàsi, c'est-à-dire une personne ayant adopté l'ordre du renoncement, commet-il une faute grave en tenant des propos familiers à une femme. Sri Râmânanda Raya et Srila Narottama dâsa Thàkura avaient indubitablement atteint le plus haut échelon de l'ordre du renoncement, mais ceux qui cherchent à les imiter les considérant comme des hommes ordinaires, tombent sous l'emprise de l'énergie matérielle, car ils se méprennent complètement sur leur identité véritable.

Verset 121

eta kahi' mahaprabhu abhyantare gela
gosanira avesa dekhi'sabe mauna haila

Aprés avoir prononcé ces paroles, Sri Caitanya Mahaprabhu Se retira dans Sa chambre. Le voyant dans une telle colére, tous les dévots devinrent silencieux.

Verset 122

ara dine sabe leli' prabhura carane
haridasa lagi, kichu kaila nivedana


Le lendemain, tous les dévots se présentèrent ensemble aux pieds pareils-au-lotus de sri Caitanya Mahaprabhu pour intercéder auprés de Lui en faveur de Haridisa le Jeune.

Verset 123

'alpa aparadha, prabhu karaha prasada'
ebe siksa ha-hila na karibe aparadha

“Haridasa n’a commis qu’une légère faute [dirent-ils]. Nous Te prions donc, cher Seigneur, de faire preuve de miséricorde envers lui. ll a déjà reçu une leçon suffisante, et jamais plus il ne se rendra coupable d’une telle offense.”

Verset 124

prabhu, 'mora vasa nahe mora mana
prakriti-sambhasi varagi na kare darsana

Sri Caitanya Mahiprabhu dit: “Je n’ai aucun pouvoir sur Mon esprit à cet égard; il n’aime tout simplement pas voir un membre de l’ordre du renoncement s’entretenir en privé avec les femmes.

Verset 125

nija karye yaha sabe, chada vrithi katha
punah yadi kaha ama na dekhibe heta'


« Vous devriez tous retourner à vos occupations respectives et renoncer à ces propos inutiles. Si vous me parlez à nouveau de cette affaire, Je partirai d’ici, et vous ne Me reverrez plus.”

Verset 126

  
 eta suni' sabe nija-karne hasta diya
nija nija karye sabe gela ta'uthiya

En entendant ces mots, tous les dévots se couvrirent les oreilles de leurs mains, se levèrent et retournèrent à leurs devoirs respectifs.

Verset 127

 mahaprabhu madhyahna karite cali, gela
bujhana na yaya ei mahaprabhura lila

Sri Caitanya Mahaprabhu quitta également les lieux pour S’acquitter de Ses devoirs du midi. Personne ne pouvait comprendre Ses divertissements.

Verset 128

ara dina sabe paramananda-puri-sthane
'prabhuke prasanna kara'__kaila nivedane

Le lendemain, tous les dévots allèrent chez Paramananda Puri et le prièrent d’apaiser le Seigneur.

Verset 129

tabe puri gosani eka prabhu-sthane aila
namaskari'prabhu tanre sambhrane vasaila

Paramananda Puri se rendit alors seul chez Sri Caitanya Mahaprabhu. Après Lui avoir offert son hommage, le Seigneur le fit asseoir près de Lui en lui témoignant beaucoup de respect.

Verset 130

puchila, ki ajna, kene haila agamana ?
haridase prasadalagi kaila nivedana

Le Seigneur lui demanda : Qu'attendez-vous de Moi ? Pour quelle raison êtes-vous venu Me voir? '' Paramananda Puri pria alors le Seigneur d'accorder Sa grâce à Haridasa
le Jeune.

Verset 131

suniya kahena prabhu, suhana, gosani
 
saba vaisnava lana tumi raha ei thani

En entendant sa requête, Sri Caitanya Mahaprabhu répliqua : Mon cher maître, Je vous prie de M'écouter. Il vaut mieux que vous restiez ici avec tous les vaisnavas

Verset 132

more ajna haya, muni yana alalanatha
ekale rahiba tahari, govinda-matra satha'

" Veuillez Me donner la permission d'aller à Alalanatha, où Je compte rester seul. Je ne prendrai que Govinda avec Moi."

Verset 133

eta bali' prabhu yadi govinde bolaila
purire namaskara kari' uthiya calila

Après avoir prononcé ces mots, le Seigneur appela Govinda. Puis, offrant Ses respects à Paramananda Puri, Il se leva et S'apprêta à partir.

Verset 134

aste-vyaste puri-gosani prabhu age gela
anunaya kari' prabhure ghare vasaila

Paramananda Puri Gosani alla en toute hâte au-devant de Lui et, avec beaucoup d'humilité, Le persuada de s'asseoir dans Sa propre chambre.

Verset 135

 
tomara ye iccha, kara, svatantra isvara
keba ki balite pare tomara upara ? 

[ Paramananda Puri dit: ] " Mon cher Catanya, Tu es Dieu, la Personne Suprême, totalement indépendant. Tu peux faire tout ce qu'il Te plaît. Qui pourrait Te contredire ?

Verset 136

loka-hita lagi' tomara saba vyavahara
ami saba na jani gambhira hrydaya tomara'  

" Tous Tes actes servent au bien de l'humanité entière. Nous ne pouvons cependant les comprendre, car Tes intentions sont pleines de profondeur et de gravité."

Verset 137

eta bali'puri-gosani gela nija-sthane
haridasa-sthane gela saba bhakta-gane

En disant cela, Paramananda Puri Gosani retourna chez lui, après quoi tous les dévots se rendirent chez Haridasa le Jeune.

Verset 138

svarupa-gosani kahe, ---' suna, haridasa
sabe tomara hita vanchi, karaha visvasa

Svarupa Damodara Gosani dit : " Ecoute-nous, Haridasa, car tu perux être assuré que nous voulons tous ton bien.

 Verset 139

prabhu hathe padiyache svatantra isvara
kabhu kripa karibena yate dayalu antara

" En ce moment, Sri Caitanya Mahaprabhu persiste dans Sa colère, car Il est parfaitement indépendant en tant que Dieu, la Personne Suprême. Cependant, le jour viendra sûrement où Il Se montrera miséricordieux envers toi, car Son coeur est profondément bon.

Verset 140

tumi hatha kaile tanra hatha se badibe
snana bhojana kara, apane krodha yabe

" Le Seigneur est persistant, et si toi aussi tu t'obstines, Sa persistance ne fera qu'augmenter. Il vaut donc mieux que tu prennes un bain et que tu honores le prasada. En temps voulu, Sa colère s'apaisera naturellement."

Verset 141

eta bali tare snana bhojana karana
apana bhavana aila tare asvasiya


Parlant ainsi, Svarupa Damodara Gosvami incita Haridas à se baigner et à prendre du prasada. Puis, l'ayant rassuré par ses propos, il retourna chez lui.

Verset 142

prabhu yadi yana jagannatha-darsane
dure rahi' haridasa karena darsane

Lorsque Sri Caitanya Mahaprabhu allait voir Jagannatha au temple, Haridasa L'observait de loin.

Verset 143

mahaprabhu-----kripa-sindhu, ke pare bujhite ?
priya bhakte danda karena dharma bujhaite

Sri Caitanya Mahiprabhu est un océan de miséricorde. Qui peut Le comprendre? Lorsqu’Il châtie Ses chers dévots, c’est à seule fin de rétablir les principes de la religion, ou du devoir.

Sa Divine grâce Srila Prabhupada explique :

Srila Bhaktisiddhanta Sarasvati Thakura dit à ce propos que si Sri Caitanya Mahaprabhu, l’océan de miséricorde, choisit de châtier Haridasa le Jeune en dépit du fait qu’il était Son dévot bien-aimé, c’est afin d’établir que quiconque emprunte la voie dévotionnelle, et s’absorbe dans le service de dévotion pur, doit prendre garde de ne pas se conduire en hypocrite. Et pour un homme pratiquant le service de dévotion dans le cadre de l’ordre du renoncement, le fait d’entretenir des rapports intimes avec les femmes relève certes de l’hypocrisie. Le châtiment de Haridasa le Jeune doit donc servir d’exemple aux éventuels sahajyas qui pourraient revêtir la robe du renonçant pour imiter Rupa Gosvami et d’autres sannyasis authentiques, tout en entretenant en secret des relations illicites avec les femmes. Afin d’instruire ces hommes, le Seigneur Caitanya Mahaprabhu punit Son cher dévot Haridasa pour un très léger écart vis-à-vis des principes régulateurs. Srimati-Madhavidevi était une dévote du plus haut niveau; le fait donc de l’approcher pour lui demander du riz en vue de servir Sri Caitanya Mahaprabhu ne pouvait constituer une faute très grave. Néanmoins, dans le seul but de préserver les principes régulateurs pour l’avenir, Sri Caitanya Mahaprabhu S’en tint strictement au principe selon lequel aucun membre de l’ordre du renoncement ne doit entretenir de rapports proches avec les femmes. Si Sri Caitanya Mahaprabhu n’avait pas puni Haridasa le Jeune pour son léger écart, de soi-disant dévots du Seigneur auraient cité l’exemple de Haridasa le Jeune pour justifier leur habitude de se mêler aux femmes sans restriction. De fait, ceux qui continuent de prêcher qu’un tel comportement n’a rien de répréhensible pour un vaisnava, alors qu’en réalité, il est formellement proscrit. Sri Caitanya Mahaprabhu est le maitre universel, de sorte qu’Il a donné ce châtiment exemplaire afin d’établir que les relations sexuelles illicites ne sont en aucun cas admises par la philosophie vaisnava. Tel était Son but en punissant Haridasa le Jeune. Sri Caitanya Mahaprabhu est en fait la manifestation la plus magnanime de Dieu, la Personne Suprême ; mais Il proscrit rigoureusement les rappons sexuels illicites.

Verset 144 

dekhi' trasa upajila saba bhakta-gane
svapne-ha chadila sabe stri-sambhasane

Aprés avoir été témoins de ce châtiment exemplaire, tous les dévots virent grandir en eux un sentiment de crainte, si bien qu’ils n’adressèrent plus la parole aux femmes, méme en rêve..

Sa Divine Grâce Srila Prabhupada explique : 

Concernant le fait de parler aux femmes (stri-sambhasana), Srila Bhaktisiddhanta Sarasvati Thakura explique qu’il est formellement interdit d’échanger des propos avec la gent feminine dans le but de jouir de leur fréquentation, que ce soit de façon grossière ou subtile. Canakya Pandita,l’illustre moraliste, dit: maitrivat para-daresu. Il n’y a donc pas que les membres de l’ordre du renoncement ou ceux qui s’engagent sur la voie du service de devotion qui doivent éviter de se méler aux femmes; l'instruction est valable pour tous. On doit de ce fait considérer l’épouse de tout autre homme comme sa propre mère.

Verset 145

edi-mate haridasera eka vatsara gela
tabu mahaprabhura mane prasada mahila

Une année entière s'écoula ainsi, mais Sri Caitanya Mahaprabhu ne montrait toujours aucun signe de miséricorde envers Haridasa le Jeune.

Verset 146

ratri avasese prabhure dandavat hana
prayagete gel kareha kichu na baliya

Au terme d'une nuit, donc, Haridasa le Jeune, après avoir respectueusement offert son hommage à Sri Caitanya Mahaprabhu, prit la route de Prayaga sans rien dire à personne.

Verset 147

prabhu-pada-prapti lagi' sankalpa karila
triveni pravesa kari' prana chadila

Haridasa le jeune avait fermement résolu de trouver refuge aux pieds pareils-au-lotus de Sri Caitanya Mahaprabhu. C'est ainsi qu'il s'enfonça dans l'eau du Triveni, au confluent du Gange et de la Yamuna à Prayaga, et mis fin à son existence.

Verset 148

sehi-ksane divya-dehe prabhu-sthane aila
prabhu-kripa pana antardhanei rahila

Immédiatement après s'être ainsi oté la vie, il se rendit auprès de Sri Caitanya Mahaprabhu dans son corps spirituel et obtint Sa grâce. Il demeura cependant invisible.

Verset 149

gandharva-dehe gana karena anthardane
ratrye prabhure sunaya gita, anye nahi jane

Dans un corps spirituel semblable à celui d'un gandharva, Haridasa le Jeune, quoique invisible, chantait la nuit pour le plaisir de Sri Caitanya Mahaprabhu. Personne d'autre que le Seigneur n'en avait conscience.

Verset 150

eka-dina mahaprabhu puchila bhakta-gane
'haridasa kahna? tare anaha ekhane'

Un jour, Sri Chaitanya demanda aux dévots : " Où se trouve Haridasa ? Vous pouvez maintenant Me l'amenez."

Verset 151

sabe kahe,----' haridasa varsa-purna dine
ratre uthi kanha gela, keha nahi jane '

Tous les dévots répondirent alors : " Une nuit, au terme d'une année complète, Haridasa le Jeune s'est levé et est parti. Personne ne sait où il est allé."

Verset 152

sunia' mahaprabhu isat hasiya rahila
saba bhakta-gana mane vismaya ha-ila

En entendant les dévots s'apitoyer de la sorte, Sri Caitanya Mahaprabhu esquissa un sourire, ce qui ne manqua pas de les etonner tous.

Versets 153-154

eka-dina jagadananda, svarupa, govinda
kasisvara, sankara, damodara, mukunda

samudra-snane gela sabe, sune katho dure
haridasa gayena, yena daki' kantha-svare

Un jour, Jagadananda, Svarupa, Govinda, Kasisvra, Sankara, Damodara et Mukunda se rendirent tous à la mer pour s'y baigner. Ils entendirent Haridasa le Jeune chanter dans le lointain, comme s'il les appelait de sa voie originelle.

Verset 155

manusya na deke ----madhura gita-matra sune
govindadi sabe meli' kaila anumane

Personne ne pouvait le voir, mais ils l'entendaient néanmoins chanter d'une voix très douce. Tous les dévots, avec à leur tête Govinda, en arrivèrent donc à la conclusion suivante.

Verset 156

visadi khana haridasa atma-gatha
sei pape jani 'brahma-raksasa' haila

Haridasa a dû se suicider en avalant du poison, et pour avoir commis cet acte coupable, le voilà devenu un fantôme de brahmana.

Verset 157

akara na dekhi, matra suni tara gana'

svarupa kahena, ----- ei mithya anumana

" Nous ne pouvons voir sa forme matérielle {disaient-ils}, mais nous entendons son chant suave. Il s'ensuit qu'il doit être devenu un fantôme." Mais Svarupoa Damodara protesta : " Votre déductinon est erronée.

Verset 158


ajanna krishna-kirtana, prabhura sevana
prabhu-kripa-patra, ara ksetrera marana

" Haridas le Jeune a chanté le mantra Hare Krishna toute sa vie durant, et il n'a cessé de servir le Seigneur Suprême, Sri Caitanya Mahaprabhu. Qui plus est, il est très cher au Seigneur, et il a trouvé la mort dans un lieu saint."

Verset 159

durgati na haya tara, sad-gati se haya
prabhu-bhangi ei, pache janiba niscaya

" Haridas ne peut s'être dégradé; il doit accédé à la libération. Il s'agit là d'un divertissement de Sri Catanya Mahaprabhu, que vous comprendrez tous plus tard."

Verset 160

prayaga ha-ite eka vaisnava navadvipa aila
haridasear varta tenho sabare kahila

Un bhakta revint alors de Prayaga à Navadvipa, et rapporta à tous les détails du suicide de Haridasa le Jeune.

Verset 161

yaiche sankalpa, yaiche triveni pravesita
suni' srivasadira mane vismaya ha-hila

Il expliqua comment Haridasa le Jeune avait pris la décision et était entré dans l'eau au confluent de Gange et de la Yamuna. En entendant les détails de son récit, Srivasa Thakura et les autres dévots fuent très étonnés.

Verset 162

varsantare sivananda saba bhakta lana
prabhura milila asi' anandita hana

A la fin de l'année, Sivananda Sena se rendit à Jagannatha Puri comme il en avait l'habitude, accompagné des autres dévots, et c'est avec une grande joie qu'il retrouva Sri Caitanya Mahaprabhu.

Verset 163

haridasa kahna?' yadi srivasa puchila
'sva-karma-phala-bhuk puman' ----prabhu uttara dila

Lorsque Srivasa Thakura demanda à Sri Caitanya Mahaprabhu : où est donc Haridasa le Jeune ?" Le Seigneur répondit : " Chacun est assuré de récolter les fruits de ses actes intéressés."

Verset 164

tabe srivasa tara vrittanta kahila
yaiche sankalpa, yaiche triveni pravesila

Srivasa Thakura raconta alors en détail comment Haridasa avait décidé d'entrer dans l'eau au confluent du Gange et de la Yamuna.

Verset 165

suni' prabhu hasi kahe suprasanna citta
'prakriti darsana kaile ei prayascitta

Lorsque Sri Caitanya Mahaprabhu entendit son récit détaillé, Il sourit en signe d'approbation et dit :" Si quelqu'un nourrit des intentions d'ordre charnel en regardant une femme, ce n'est qu'en agissant de la sorte qu'il peut se racheter."

Verset 166

svarupadi mili' tabe vicara karila
triveni-prabhave haridasa prabhu-pada paila

Tous les dévots, ayant à leur tête Svarupa Damodara Gosvami, en vinrent alors à la conclusion que, parce qu'il s'était suicidé au confluent du Gange et de la Yamuna, Haridasa devait avoir finalement trouvé refuge aux pieds pareils-au-lotus de Sri Caitanya Mahaprabhu.

Sa Divine Grâce Srila Prabhupada explique :

Srila Baktivinoda Thakura note à ce propos qu'après avoir adopté l'ordre du renoncement et revêtu la robe du sannyasi ou du babaji, si un homme en vient à nourrir l'idée de complaire à ses sens, surtouit au contact d'une femme, il ne pourra se racheter qu'en ,se suicidant au confluent du Gange et de la Yamuna. Cet acte seul lui permettra de purifier sa faute. Et suite à ce châtiment, il lui sera possible de trouver refuge auprès de Sri Caitanya Mahaprabhu. Sans un tel châtimennt, toutefois, le refuge de Sri Caitanya Mahaprabhu est très difficile à retrouver.

Verset 167

ei mata lila kare sacira nandana
yana suni' bahakta-ganera yudaya karna-mana


C'est ainsi que Sri Caitanya Mahaprabhu, le fils de mère Saci, accomplit Ses divertissements, lesquels procurent une grande satisfaction aux oreilles et au mental des purs dévots qui les entendent.

Verset 168

ei-mata karunya, loke vairagya-siksana
sva-bhaktera gadha-anuraga-prakati-karana

Cet incident révèle la miséricorde de Sri Caitanya Mahaprabhu, Son enseignement sur le fait qu'un sannyasi doit demeurer dans l'ordre du renoncement, ainsi que l'attachement profond que Ses fidèles dévots éprouvent pour Lui.

Verset 169

tirthera mahima, nija bhakte atmasat
eka lilaya karena prabhu karya panca-sata

Il illustre également les gloires des lieux sacrés, et la façon dont le Seigneur acceuille Son fidèle dévot. Ainsi, par l'accomplissement d'un seul divertissement d'un seul divertissemnt, le Seigneur atteint cinq ou six objectifs différents.

Verset 170

madhura caitanya-lila ----samudra-gambhira
loke nahi bujhe yei 'bhakta' ' dhira'

Les divertissements de Sri Caitanya Mahaprabhu sont comme du nectar, et ils sont aussi pofonds que l'océan. La masse des hommes ne peut les comprendre, mais un dévot sobre le peut, lui.

Verset 171

visvasa kariya suna caitanya-carita
tarka na kariha, tarke habe viparita

Veuillez entendre les divertissements de Sri Caitanya  Mahaprabhu avec foi et en toute confiance. N'argumentez pas inutilement, car vous n'obtiendrez par là qu'résultat contraire.

Verset 172

sri-rupa raghunatha-pade yara asa
caitanya-caritamrita kahe krisnadasa

Priant aux pieds pareils-au-lotus de Sri Rupa et de Sri Raghunatha, en espérant toujours leur grâce, Krishnadasa, marchant sur leurs traces, narre le Sri Caitanya-caritamrita.

En résumant ce chapitre, Srila Bhaktisiddhanta Sarasvati Thakura nous dit que nous devrions en tirer les leçons suivantes: 1) Bien que Sri Caitanya Mahaprabhu, qui n’est nul autre que Dieu, la Personne Supréme, soit un avatara de miséricorde, il n’en renonça pas moins à la compagnie d’un de Ses compagnons personnels, Haridasa le Jeune. La raison en est que s’Il n’avait pas agi de la sorte, de prétendus bhaktas auraient profité de la fautede Haridisa pour justifier le fait qu’ils vivent comme des dévots tout en entretenant des rapports sexuels illicites. De telles activités auraient oté toute moralité au culte de Sri Caitanya Mahaprabhu, et il se serait ensuivi que certains dévots se seraient dégradés à mener une existence de debauche au nom de Sri Caitanya Mahaprabhu. 2) En chatiant Haridasa le Jeune, le Seigneur établit la norme que doivent observer les acaryas, ou ceux qui dirigent les institutions visant à répandre le culte de Sri Caitanya. Caitanya Mahaprabhu voulait aussi maintenir, pour les véritables dévots, la norme la plus élevée qui soit. 3) Sri Caitanya Mahaprabhu a enseigné qu’un pur dévot doit faire preuve de simplicité et être libre de toute activité pécheresse, ainsi seulement peut-il être Son serviteur légitime. Sri Caitanya Mahaprabhu a en outre enseigné a Ses disciples la rigueur avec laquelle ils doivent respecter l’ordre du renoncement. 4) Sri Caitanya Mahaprabhu désirait prouver que Ses dévots sont très élevés, et que leur caractére est exemplaire. Il accueille avec bienveillance Ses fideles dévots, et leur enseigne comment un écart méme léger des principes stricts qui régissent le service de dévotion peut entrainer nombre de difficultés et de tourments. 5) En châtiant Haridasa le Jeune, Sri Caitanya Mahaprabhu lui témoigna Sa grâce, mettant ainsi en évidence le niveau exceptionnel de la dévotion que Lui portait Haridasa. Du fait de la relation transcendantale qui les unissait, le Seigneur corrigea une offense, même minime, commise par Son pur dévot. Car celui qui désire devenir un pur dévot de Sri Caitanya Mahaprabhu doit renoncer à toute forme de satisfaction sensorielle; sinon, les-pieds pareils-au-lotus de Sri Caitanya Mahaprabhu demeurent trés difficiles à atteindre. 6) Si quelqu’un meurt dans un lieu saint aussi reconnu que Prayaga, Mathura ou Vrindavana, il peut étre affranchi de toutes les conséquences de sa vie pécheresse et trouver refuge auprès de Dieu, la Personne Suprême. 7) Bien qu’un dévot pur ou plein de foi puisse défaillir, il n’en obtient pas moins, au bout du compte, la chance de retourner à Dieu, en sa demeure originelle, par la grâce du Seigneur.