En réalité, une secte, qu'est-ce que c'est ???

 

En réalité, une secte, qu'est-ce que c'est ???



Toute formation, idéologique, religieuse, philosophique, politique, communautaire, etc...qui s'écarte des préceptes Védiques sont des sectes.

L'organisation naturelle de la société humaine :

Les Vedas ne sont pas, comme on le croit, des Ecritures « hindoues », terme d'ailleurs étranger, et nous-mêmes ne sommes pas hindous. Nous suivons les principes du varnâsrama-dharma tels que les Vedas les décrivent. Le varnâsrama, divisé en quatre varnas et quatre âsramas, constitue l'organisation naturelle de la société humaine. Les varnas sont les quatre groupes sociaux, et les âsramas sont les quatre étapes de la vie spirituelle. La Bhagavad-gitâ (4.13) nous dit que parce que ces divisions sont créées par Dieu, elles sont universelles. Brâhmanas, ksatriyas, vaisyas et sûdras constituent les quatre groupes sociaux. Les brâhmanas sont ceux qui possèdent les plus grandes capacités intellectuelles, ceux qui discernent le Brahman, la Vérité Absolue ; les ksatriyas sont chargés de l'administration de l'État ; les vaisyas sont les commerçants et les fermiers ; les sûdras sont les travailleurs qui assistent les autres groupes. Ces divisions forment la base de toute société humaine, et nous les acceptons telles quelles. 

S'écarter de ces principes fondamentaux, de cette organisation divine, absolue, c'est mettre la société dans un état de chaos, à plus ou moins longue échéance, où les citoyens n'ont plus aucun repère si ce n'est que de survivre. C'est ce que l'on pourrait appeler la société animale dont nous en avons un exemple de nos jours. Ceci est répandu dans le monde antier.

Les Vedas ne sont pas une compilation de connaissances humaines. Le savoir védique provient du monde spirituel, il est donné par Krishna. On qualifie également les Vedas de sruti, mot désignant un savoir reçu par l'écoute, à l'inverse du savoir acquis par l'expérimentation. Les srutis sont comparés à une mère, car la mère est pour l'enfant la source de toute connaissance. Si l'on veut savoir, par exemple, qui est notre père, c'est à notre mère qu'il faut s'adresser. De même, pour connaître ce qui dépasse notre expérience pratique et nos facultés de perception, nous devons nous en remettre aux Vedas. Le savoir védique n'a nul besoin d'être démontré. Il a déjà été expérimenté et son authenticité reconnue. Comme pour l'exemple de la mère, il n'y a pas d'autre alternative que de l'accepter tel quel.

De nos jours, nous sommes dans une société qui se cherche, qui expérimente des programmes variés, inventés de toutes pièces par des élus qui n'ont pas de connaissance spirituelle. Ils agissent dans leur intérêt, mettant les citoyens dans des situations précaires où certains n'ont même pas leur subsistance de base. Ce sont des sudras, la dernière classe dhommes répertoriée dans la classification védique ci-dessus. Ils se présentent toujours comme de grands réformateurs, grands altruistes alors que ce ne sont que de sombres hypocrites convoitant une vie facile avec beaucoup d'argent et des jolies femmes. Ils sont hautains, condescendant, infatués, méprisant le bas peuple comme de vulgaires bêtes de somme.

Le mot secte est un terme péjoratif et nous pouvons l'appliquer à tout groupe minoritaire ou majoritaire qui décide un jour de s'étendre sur la planète de gré ou de force. Dans le mot secte, il y un appel à la violence pour un " bien " évoqué par quelques individus assoiffés de pouvoir sur les consciences. Ce fut le cas pour le christianisme, l'islam, le judaïsme, etc... Ces factions sont totalement coupées de leurs enseignements originaux. L'Occident, ses oligarques ont commué le terme christianisme en démocratie, toujours avec les mêmes ambitions, la même tyrannie que l'on pourrait définir comme étant un terrorisme d'Etat. Cette secte majoritaire, qu'est la démocratie, se défend en fustigeant, stigmatisant, des groupes de recherche vers une vie meilleure, une alimentation plus vertueuse, une éducation moins dirigée vers la sacralisation du travail, une médecine moins traumatisante, plus prophylactique etc...Donc, concluons que cette démocratie hypothétique est un mal tant au niveau individuel que sociétal.

L'émancipation spirituelle est un droit pour tout citoyen qui prend naissance dans un pays ou dans un autre. Son travail doit être en accord avec ses aptitudes, ses qualités. Son travail doit être à la mesure de ses besoins familiaux. La forme humaine est la forme adaptée pour la réalisation spirituelle. Il n'y a pas d'autre devoir pour l'homme.






Cette page est en construction...