La déesse Kali ou Durga...

 

La déesse Kali ou Durga...




" D'un bond, la déesse Kali descendit de l'autel et décapita
sur-le-champ tous les brigands avec le sabre même qu'ils
comptaient utiliser pour tuer Jada Bharatha. "
( Srimad-Bhagavatam / Chant 5 / Chapitre 9 / Versets 12 à 20 / )


Un jour, désireux d’obtenir un fils, le chef d’une bande de brigands issu d’une famille de ilidras, voulut rendre un culte à la déesse Bhadra Kali en offrant une victime humaine —un simple d’esprit, considéré comme étant au rang de l’animal.

Le chef des brigands avait capturé une sorte d’animal humain en vue du sacrifice; celui-ci s’étant enfui, il ordonna à ses hommes de le retrouver. Ceux-ci partirent à sa recherche, courant dans toutes les directions, mais en vain. Errant ça et là au milieu de la nuit qui les enveloppait d’une obscurité profonde, ils atteignirent une rizière où ils apercurent, assis sur une butte, le digne descendant de Angira [Jada Bharata] qui gardait les champs contre les éventuelles incursions des cerfs et des sangliers. 

Les hommes de main du chef des brigands estimerent que Jada Bharata possédait toutes les caractéristiques d’un homme-animal; aussi décidérent-ils qu’il constituait une offrande de premier choix pour le sacrifice envisagé par leur maitre. Le visage radieux, ils ligoterent Jada Bharata et l'amenérent au temple de la déesse Kali.

Ensuite, suivant un rituel de leur invention pour sacrifier un homme-animal, les brigands baignérent Jada Bharata, le vétirent de nouveaux habits, et le parérent d’ornements convenant a un animal; ils enduisirent son corps d’huiles parfumées puis le marquérent de tilaka, de pulpe de santal et ils lui passérent des guirlandes autour du cou. L’ayanl nourri abondamment, ils l'amenérent devant la déesse Kali, en offrant a celle-ci de l’encens, des lampes, des guirlandes, des graines rôties, de jeunes bourgeons, des pousses germées, des fruits et des fleurs. C’est ainsi qu’ils rendirent un culte a la divinité avant de mettre a mort l’homme-animal. Entonnant divers chants et récitant des priéres tout en s’accompagnant de trompes et de tambours, ils firent asseoir Jada Bharata devant la divinité.

A ce moment, un des brigands remplissant les fonctions de grand sacrificateur s’appréta à offrir à la déesse Kali le sang de Jada Bharata -qu"il prenait pour un homme-animal— pour qu’elle s’en délecte comme d’une liqueur. Il prit un sabre d’aspect redoutable au tranchant bien acéré, et le consacrant au moyen du mantra de Bhadra Kali, le leva pour décapiter Jada Bharatha.

Tous les malfaiteurs qui avaient participé à l'organisation de ce sacrifice destiné à la déesse Kali étaient de vile mentalité et enchainés par la passion et l'ignorance. Débordants de cupidité, ils osaient désobéir aux ordres des Vedas en s’apprétant à tuer Jada Bharata, lui qui étail une âme réalisée issue d’une famille de brahmanas. Dans leur perversité, ces brigands l’avaient amené devant la déesse Kali pour le lui sacrifier. De tels individus se consacrent toujours à des oeuvre! mauvaises, et c’est ainsi qu’ils osèrent lever la main sur Jala Bharata, lui qui était le meilleur ami de tous les étres. Cet homme n’éprouvait de haine à l’égard de personne et il s’abîmait sans cesse dans une méditation sur le Seigneur Souverain. En outre, son pére comptait parmi les brahmanas éprouvés. Le tuer était stricternent interdit, même s'il avait été un ennemi ou un individu belliqueux. Quoi qu’il en soit, il n’y avait aucune raison de tuer Jada Bharata, et la déesse Kali ne pouvait supporter que soit accompli un tel geste. Elle comprit immédiatement que les brigands impies s’apprétaient à mettre à mort un grand dévot du Seigneur. Soudain, le corps de la murti se brisa en deux, et la déesse Kali en personne en sortit, le corps brilllant d’un éclat si intense qu’il en était insoutenable.

Ne pouvant tolérer les offenses commises, la déesse Kali en furie, jetait des regards flamboyants de ses yeux rouges et découvrait ses redoutables dents incurvées. Elle avait un aspect des plus terrifiants; on aurait dit qu’elle s’apprétait ainsi à détruire toute la création. D’un bond elle descendit de l’autel et décapita sur-le-champ tous les brigands avec le sabre méme qu’ils comptaient utiliser pour tuer Jada Bharata. Puis elle se mit it boire le sang chaud qui s’échappait de leurs cous, comme si ce sang avait été une boisson enivrante, imitée par les sorcières et les démones qui formaient sa suite. Grisées par le sang, elles se mirent toutes à chanter d’une voix forte et à danser comme si elles étaient sur le point d’anéantir l’univers entier, tout en jouant au ballon avec les têtes des malfaiteurs.

(Sukadeva Gosviimi dit alors à Maharaja Pariksit) :
" Ô Visnudatta, ceux qui savent déjà que l’âme est distincte du corps, qui sont libérés du noeud implacable du coeur, qui toujours agissent pour le bien de tous les êtres et jamais n’envisagent de faire le moindre mal à qui que ce soit, ceux-là jouissent toujours de la protection de Dieu, la Personne Suprême, qui porte Son disque [le sudarsana-cakra] et agit comme le temps suprême pour faire périr les asuras et protéger Ses dévots. Les bhaktas se réfugient toujours aux pieds pareils-au-lotus du Seigneur, si bien qu’ils restent sereins en toutes circonstances, même s’ils s’attendent  à être décapités. Pour eux, il n’y a Ià rien d’étonnant."

w
Sa Divine Grâce A.C Bhaktividenta Swami Prabhupada

Il semblerait que Sa Divine Grâce ne fut pas protégée lors de sa venue sur terre puisque elle fut "victime" d'un empoisonnement par arsénic et cyanure. En réalité, il n'en est rien. Krishna l'a rappelé à Lui parce que il avait terminé sa mission que lui avait confiée son maître spirituel Srila Bhaktisiddanta Goswami Maharaja. Cette mission fut accomplie dans les moindres détails puisque la Bhagavad-Gita, le Srimad-Bhagavatam furent distribués à grande échelle, dans les langues les plus représentées de la planète.

Le Seigneur Krishna L'a rappelé à Lui d'une façon peut ortodoxe dirons-nous, mais Le Suprême voulait que cela se passe ainsi. Il voulait que l'Amérique soit l'entité criminelle de Sa Divine Grâce. Le Seigneur voulait que la puissance américaine soit détruite pour soulager la terre de ce fardeau. Srila Prabhupada quittait ce monde en 1977. La guerre du Vietnam débuta en 1970 et se termina en 1976, date à laquelle ce pays fut officiellement réunifié, Saigon s’appellera désormais « Hô Chi Minh Ville. L'Amérique fut conspuée par toutes les nations, la guerre d'Irak fut un réveil du traumatisme internationnal dû à cette guerre du Vietnam. L'Amérique n'a pas reconnu Srila Prabhupada comme étant un véritable apôtre de l'amour de Dieu, de Krishna. Elle a préféré continué son hégémonie criminelle coûte que coûte. Toutes ces atrocités commises par ce pays assassin devront être sanctionnées par les lois intransigeantes de ce monde matériel. L'échéance n'est pas très loin car un bloc Est est entrain de se construire. La vengeance gronde dans les pays musulmans et certains autres. Un fou est aux commandes de cet Etat criminel américain. Le dénouement se terminera par des atrocités. Ce ne sera pas la fin contrairement à ce que disent certains épistémologistes de tous bords.

La CIA à comploté sur la "mort" 
 de Srila Prabhupada. Elle a corrompu ses disciples, mais les illuminatis voulaient que Srila Prabhupada continue à écrive ses livres car ils désiraient en tirer un maximum de profit. Cela fut une ruse du Seigneur, car malgré des doses importantes d'arsénic, Srila Prabhupada ne mourrait pas. Il y avait une grande animosité entre la CIA, le gouvernement américain, les illuminatis, mais aussi quelques traîtres de la Gaudiya Math, obédience à laquelle Srila Prabhupada avait adhéré lors de la présence de son maître spirituel sur terre.

Ces sots de disciples, corruptibles comme des enfants au moyen d'argent et de pouvoir, périssent les uns après les autres en laissant derrière eux des zombies qui se prennent pour des grands gurus. Cette génération sera balayée par un renouveau civilisationnel basé sur la connaissance védique avec bien sûr l'organisation parfaite de la société. L'Amérique sera réduite à sa plus simple expression. L'hypothétique grand Israel sera larvé. La franc-maçonnerie, génératrice de ce mal absolu, sera anéantie. Les trois religions monothéistes disparaîtront. Un lourd karma sera épuré. Le Seigneur Caitanya sera enfin adoré comme il se doit.



La déesse Kali, terrible mais juste. Elle est assoiffée du sang des avorteurs, des tueurs de vaches, des vendeurs de paradis artificiels, des sacrificateurs d'innocents, etc... Elle est sous les ordres de Seigneur Krishna, c'est sa pure servante. Elle est la gardienne de la prison qu'est ce monde où il est très difficile d'en sortir.
Une révolution arrive, malheur à ceux qui feront obstacle au mouvement de Sankirtan du Seigneur Caitanya Mahaprabhu



"Autrefois, de grands sages, conduits par Saunaka, s'assemblèrent en un lieu saint, dans la forêt de Naimisaranya, en vue d'accomplir, pour la satisfaction du Seigneur et de Ses dévots, un grand sacrifice qui devait se poursuivre pendant mille années." ( Srimad-Bhagavatam  / 1 / 1 /4 )


"Sachant que l'âge de Kali s'est déjà levé, nous nous rassemblons en ce lieu saint pour l'exécution d'un long sacrifice, voué à l'écoute du message spirituel et absolu de Dieu."  ( Srimad Bhagavatam / 1 /1 21 )

Le kali-yuga, contrairement aux autres yugas —le satya-yuga (l'âge d'or), le treta-yuga (l'âge d'argent) et le dvapara-yuga (l'âge de cuivre)— ne se prête nullement à la réalisation spirituelle. Dans le satya-yuga, où les hommes vivaient 100 000 ans, il était possible de s'engager dans une méditation durable en vue d'atteindre à la réalisation spirituelle. Dans le treta-yuga, où les hommes vivaient 10 000 ans, on pouvait atteindre la perfection spirituelle en accomplissant de grands sacrifices. Et dans le dvapara-yuga, où les hommes vivaient 1 000 ans, on approchait la réalisation spirituelle en offrant un culte au Seigneur. Mais dans l'âge de Kali, la durée de l'existence ne dépasse pas 100 ans, et d'autre part, l'homme doit faire face à toutes sortes de difficultés, si bien que la méthode recommandée consiste simplement à entendre et à chanter les Noms, les Gloires et les Divertissements du Seigneur. Les sages de Naimisaranya inaugurèrent le procédé pour le bénéfice des dévots du Seigneur. Ainsi se préparent-ils à écouter les Divertissements du Seigneur pendant une durée de mille ans. L'exemple de ces sages devrait nous permettre de réaliser que l'écoute et la récitation régulière du Srimad-Bagavatam représente l'unique méthode de réalisation spirituelle pour l'âge où nous vivons. Toute autre tentative serait donc pure perte de temps, n'apporterait aucun résultat tangible. Sri Caitanya Mahaprabhu, qui n'était autre que le Seigneur, préconisa personnellement cette voie du bagavata-dharma; d'autre part, Il recommanda que tous ceux qui naîtraient en Inde prennent en charge la diffusion universelle du message de Sri Krishna, et plus particulièrement de la Bhagavad-gita. Une fois bien établi dans les enseignements de la Bhagavad-gità, on peut alors commencer à étudier le Srimad-Bhagavatam et trouver ainsi de nouvelles lumières pour éclairer la réalisation spirituelle. 

A SUIVRE..//...










Cette page est en construction...